Votre panier  

0

Le Formaldéhyde

Description : 

Le formaldéhyde ( ou encore  l’aldéhyde formique, formol, méthanal, oxométhane et formaline pour les solutions aqueuses ) est un gaz incolore, d’odeur piquante et suffocante. Il est très soluble dans l’eau.

Sources d’émission et utilisations :

Le formol est utilisé dans de nombreuses industries. Or les produits contenant du formaldéhyde relâchent au cours du temps des quantités non négligeables de ce gaz.

Il est principalement utilisé dans la production de colles entrant dans la fabrication de panneaux agglomérés, contreplaqués, meubles et autres produits du bois. On l' emploie également  dans la fabrication de matières plastiques, de certains fertilisants, de résines ainsi que de certaines peintures et vernis. L’industrie du textile utilise ces résines comme agent défroissant, comme agent mordant pour les teintures etc. Il sert également à la synthèse d’autres produits chimiques. Enfin, on a recours au formol pour ses propriétés bactéricides dans de nombreuses formulations de produits ménagers,  désinfectants, cosmétiques (savons, shampoings, déodorants),  liquides d’embaumement et  solutions de conservation de tissus biologiques. Les fumées produites par la combustion du bois, charbon, polyéthylène ou encore du tabac émettent également du formol. C' est l'un des polluants les plus répandus à l'intérieur des habitations.

Dangers :

L’aldéhyde formique est toxique par inhalation, ingestion et contact cutané . Il est classé comme cancérogène et  à l'origine de cancers de la cavité buccale, des fosses nasales, des sinus, et son implication dans les leucémies est jugée quasi certaine.

L’odeur est perçue à des concentrations comprises entre 0,1 et 1 ppm.

L’irritation des muqueuses nasales est ressentie à des concentrations comprises entre 1 et 3 ppm . La plupart des individus ne peuvent tolérer une exposition prolongée à 4-5 ppm. À 10-20 ppm, des signes d’irritation sévère des muqueuses oculaires et des voies respiratoires surviennent dès le début de l’exposition. Un bref séjour dans une atmosphère où sa concentration est supérieure à 50 ppm peut être responsable d’un bronchospasme sévère et de lésions caustiques graves de l’arbre respiratoire. L’ingestion de formol entraîne des troubles digestifs dont l’importance varie en fonction de la quantité ingérée. Les signes d’irritation oculaire sont ressentis pour des concentrations comprises entre 0,1 et 1 ppm, selon les individus. La projection oculaire de solutions très diluées (0,2 %) produit une sensation de picotement . Une solution plus concentrée (40 %) peut entraîner des lésions caustiques graves du globe oculaire .

L’aldéhyde formique est un puissant allergène et peut être responsable de sensibilisations cutanées (eczéma, urticaire), respiratoires (rhinite, asthme), voire d’un choc anaphylactique (accidents d’hémodialyse). Des études épidémiologiques mettent en évidence des manifestations évoquant un psychosyndrome organique (céphalées, asthénie, troubles de la mémoire, de l’humeur et du sommeil…) chez les individus exposés à l’aldéhyde formique .

 

VME  : 0,5 ppm

VLE : 1 ppm 

Valeur maximale recommandée pour les habitations : 0,1

visa

HomeHome