Votre panier  

0

Le cannabis

Le cannabis est une plante. C’est la drogue illicite qui est la plus précocement expérimentée et la plus consommée en France. Un jeune de 17 ans sur deux déclare avoir fumé du cannabis au moins une fois dans sa vie. Un adolescent sur cinq consomme du cannabis plus de 10 fois par en et 15% plusieurs fois par semaine.  Le principe actif du cannabis responsable des effets psychoactifs est le THC (tétrahydrocannabiol). Sa concentration est très variable selon les préparations et la provenance du produit. Le cannabis est qualifié de « drogue douce » en raison d’un risque de surdose (ou overdose) inexistant cependant un risque d’intoxication aiguë (communément appelé « bad trip » est possible.
Le cannabis se présente sous trois formes : herbe (sommités fleuries séchées, également connue sous le nom de marijuana, beuh, ganja etc.), résine (nommée également haschisch, shit, chichon etc.) et  huile (peu répandue en France)

Modes de consommation :

Le cannabis (sous forme d’herbe et/ou résine) mélangé à du tabac est principalement fumé sous forme de  « joint ». Il peut être également consommé via l’utilisation d’un narguilé ou d’une pipe à eau (les effets du Thc sont alors plus conséquents ainsi que les dangers pour la santé de l’usager). Le Thc étant soluble dans les graisses et l’alcool, le cannabis peut aussi être ingéré (fabrication de beurre par extraction des composés liposolubles du cannabis qui se substitut au beurre classique dans la recette par exemple d’un space cake).

Les effets :

L’intensité et la durée des effets varient en fonction de nombreux facteurs tels que le mode de consommation, la concentration en Thc absorbée, l’état physique et psychique de l’usager. Ils peuvent alors durer quelques dizaines de minutes (inhalation) à quelques heures (ingestion).

Effets recherchés :

Légère euphorie, relaxation, détente, légère somnolence, amplification des perceptions visuelles et auditives

Effets indésirables à court terme :

La consommation de Cannabis entraine un gonflement des vaisseaux sanguins (les yeux de l’usager deviennent rouges) et une mydriase (augmentation du diamètre de la pupille). La consommation de Cannabis peut également provoquer une tachycardie, de l’hyper ou hypotension (dans certains cas jusqu’à l’évanouissement). Elle peut  aussi engendrer une diminution de la sécrétion salivaire (assèchement buccal) et parfois des nausées et vomissements. Elle peut être source d’anxiété, de difficulté de concentration, d’une altération de la mémoire immédiate, de troubles de la perception du temps. La consommation de cannabis peut également accentuer la paranoïa du sujet et conduire à un repli sur soi-même.
Certains de ces effets peuvent être décuplés en cas de polytoxicomanie (association du cannabis avec de l’alcool par exemple)
Les effets psychiques sont fortement liés à la personnalité de l'usager.

Effets indésirables à long terme

La consommation de cannabis entraîne des affections durables des voies respiratoires (cancer du poumon, de la gorge par exemple) mais il augmente aussi le risque de maladie parodontale (maladie du soutien des dents)
Il affecte la mémoire immédiate et la capacité à apprendre de nouvelles choses
Le cannabis peut développer chez l’usager un syndrome amotivationnel (diminution conséquente de l’ambition et de la motivation).
Le cannabis est généralement coupé avec d’autres produits (henné, cirage, pollen, terre, excréments, poudre de verre, verre pilé, sable etc.) qui représentent des dangers et un risque d’intoxication supplémentaire et aléatoire pour l’usager.
Chez l' adolescent, le cannabis est susceptible de révéler, précipiter et aggraver  la schizophrénie.
Chez l’homme, il contribue à une baisse de la fertilité et pendant la grossesse, la consommation de cannabis peut entraver l'activité cérébrale du fœtus en  retardant le développement du cerveau in utero

visa

HomeHome